Risques sanitaire lié aux Coronavirus, aux SRASS et autres souches résistantes

 

Risque sanitaire lié aux Coronavirus, aux SRASS et autres souches résistantes à toutes formes d’antibiotiques :

Après les différentes pestes porcines et autres maladies de la vache folle, le SRAS (Syndrome Respiratoire Aigu Sévère), les virus respiratoires syncytial, les grippes aviaires, le MERS (Middl East Respiratory Syndrome) et le grand nombre de coronavirus mutants recensés, (le coronavirus chinois actuel serait le 7ème), il est important de remettre un peu de science et de vérité. Le problème n’est pas nouveau. Il est apparu dans les années 80.

Le syndrome dysgénésique et respiratoire porcin (PRRS ou SDRP en français) ne posait aucun problème tant qu’il était dans la nature. Il est devenu une menace quand les espèces uniformes à haut rendement (« la génétique ») ont commencé à être utilisées dans les grands élevages industriels et que cette nouvelle espèce s’est avérée extrêmement sensibles au SDRP. Le confinement, la malbouffe, les médicaments et antibiotiques systématiques ainsi que les vaccins « vivants » sont responsables de l’apparition des variants mutants et recombinants ainsi que de nouvelles souches résistantes capables de donner des manifestations cliniques chez l’humain. Dans le cadre de la guerre bactériologique, de nombreux laboratoires ont également manipulés des souches hautement sensibles comme le virus EBOLA, les virus grippaux et les coronavirus. Des insertions ont été pratiqués dans le cadre de laboratoires P4 afin de rendre possible la contamination de l'homme. Personne aujourd'hui n’est en mesure d’apporter la preuve de leur dissémination volontaire ou par accident, ces travaux étant couverts par le secrèt défense.On peut donc raisonablement penser qu'aujourd'hui les humains sont capables de contaminer certains animaux et que certains animaux d'élevages industriels sont susceptibles d'infecter les humains. Bien que les services vétérinaires refusent de  communiquer les données épidémiologiques, nous savons qu'il y a eu des précédents avec des cochons et avec des visons.

En tous cas, les épizooties sont directement liés à l’intensification des systèmes de production et à l’extension des mouvement commerciaux. Les zoonoses qui peuvent se transmettre entre animaux et humains, par voie aérienne par l’alimentation et par dissémination des lisiers. Les transports de lisiers augmentent donc les risques de manière exponentielle. Certains insectes peuvent également servir de vecteur de transmission. C’est le cas des tiques (maladie de Lyme) et désormais des moustiques.

 

En septembre, en Chine, des vidéos ont circulé montrant de centaines de cochons entassés dans des camions et déversés dans des fosses tapissées de bâches pour être enterrés vivants.

 

Selon le Washington Post la moitié des cochons chinois auraient déjà été décimés (300 millions de têtes). Un rapport de la banque néerlandaise Rabobank avance un chiffre de 350 millions de porcs qui pourraient avoir été tués en 2019, soit un quart de la totalité des cochons de la planète. Début septembre, les Philippines ont confirmé l'arrivée de la maladie dans sept villages autour de Manille et procédé à 7.000 abattages préventifs. Idem en Corée du Sud, où 154.000 porcs ont déjà été tués. Le pays a annoncé procéder à des abattages de sangliers à la frontière nord-coréenne à l'aide de drones détecteurs de chaleur et de « snipers ».

En Europe, neuf États membres ont été en contact avec le virus. Signalé en Belgique en septembre 2018, il inquiète au plus haut point la filière française. « Tout doit être mis en œuvre pour que la France garde son statut indemne de PPA », insiste le gouvernement. L'arrivée de la maladie pourrait avoir des conséquences dévastatrices pour la filière française, qui élève 23,8 millions de porcs par an. Dès janvier, la France s'est dotée d'un plan de crise pour prévenir l'arrivée de l'épidémie. Une « zone blanche de dépeuplement » de 141 km² a été instaurée le long de la frontière belge, avec interdiction de toute activité forestière économique ou de loisir. Cent-douze kilomètres de clôture ont été réalisés et les chasseurs ont reçu pour mission de prolonger les « opérations de destruction » du sanglier dans trois départements. (Source : site agriculture.gouv.fr)

Autour de nous, dans nos villages, des cas de Tularémie, Zoonose à transmission animal/homme hautement sensible ont déjà touché des lièvres.

Malgré les mesures drastiques de prévention prises par tous les pays dans le monde, l'épidémie continue de s'étendre. Selon plusieurs experts, elle serait même devenue « incontrôlable ». (Source : site futura-sciences.com)

 

Pensons aux habitants et à l’avenir de nos enfants.

 

Les plus grands scientifiques de la planète se sont mobilisés pour former les professionnels et informer les citoyens sur ce qu’ils considèrent être la priorité des priorités, c’est-à-dire la protection de la biodiversité.

      Le principal responsable de cette accélération gigantesque de la pollution, responsable à son tour de ce qu’il est aujourd’hui convenu d’appeler la sixième extinction en cours, doit bien sûr être recherché dans les pratiques culturales et d’élevage prônées partout dans le monde par un agrobusiness avide de profit et de croissance infinie. Produire une montagne de céréales à bas coût pour produire toujours plus de viande à bas cout. C’est l’agrobusiness et les grandes centrales d’achat qui appauvrissent les agriculteurs et qui conduisent certains d’entre eux au suicide. Il n’est pas nécessaire de partir en Amazonie pour observer leurs pratiques, car le modèle, bien qu’à des échelles différentes, est identique partout dans le monde :

-       Suppression de la forêt, de l’arbre et de la haie, pour supprimer toute forme de concurrence végétale et animale,

-       Destruction des insectes et de toute vie bactérienne dans les sols par utilisation intensive d’engrais chimiques, de pesticides, d’insecticides de bactéricides et autres anti limaces,

-       Usage de semences hybrides ou OGM, elles même traitées,

-       Monoculture intensive

-       Elevages intensifs d'animaux modifiés,alimentés aux OGM,abreuvés de médicaments chimiques,confinés et vaccinés.

 

Cette suppression des haies, des arbres et des fossés et l’usage d’engins agricole toujours plus lourds et destructeur engendre une érosion des sols qui est exacerbée par l’utilisation systématique de drains. Cette violence omniprésente est érigée en système.

 

La VIE dans les sols cède peu à peu la place à la MORT.

 

La pollution s’accélère et continue à s’insinuer dans toute la chaine alimentaire.

De véritables épidémies se propagent et se préparent…

 

Pour les experts, le monde est « à la croisée des chemins ». Au fur et à mesure que passent les années, le moment où la fenêtre de tir pour agir se refermera approche dangereusement : selon le Giec, si rien de réellement ambitieux n’est fait d’ici 2030, ce sera trop tard. Il faut donc, selon l’expression du WWF, un « big bang écologique » ou encore, selon les mots d’une experte du Giec, « un changement radical de comportements et de modes de vie, des actions très ambitieuses dans tous les domaines – énergie, industrie, gestion des terres, bâtiment, transport, urbanisme ». (SOURCE : https://www.maire-info.com)

 

Compte tenu de son riche passé, de la diversité et de la qualité exceptionnelle de ses différents terroirs et de sa haute gastronomie reconnue dans le monde entier, la France se doit de rompre radicalement avec les modèles de l’agrobusiness pour ne plus se consacrer qu’a une agriculture paysanne biologique et artisanale de qualité. La biologie, la permaculture, la biodynamie, l’agroforesterie doivent redevenir les outils du bon goût et du terroir pour que l’excellence française de ses mets et de ses vins rayonne encore davantage partout dans le monde.

 

Le métier de paysan est un des plus beau du monde. Qu’y a-t-il de plus noble que de nourrir le monde avec des produits sains, diversifiés et délicieux. Retrouvons le sens du beau, le sens du bon, le sens de la solidarité et surtout arrêtons de détruire la vie avant qu’il ne soit trop tard.

 

Le conseil constitutionnel a rappelé récemment dans sa décision n° 2019-823 QPC du 31 janvier 2020 (SOURCE : https://www.conseil-constitutionnel.fr).

« 4. Aux termes du préambule de la Charte de l'environnement : « l'avenir et l'existence même de l'humanité sont indissociables de son milieu naturel … l'environnement est le patrimoine commun des êtres humains… la préservation de l'environnement doit être recherchée au même titre que les autres intérêts fondamentaux de la Nation … afin d'assurer un développement durable, les choix destinés à répondre aux besoins du présent ne doivent pas compromettre la capacité des générations futures et des autres peuples à satisfaire leurs propres besoins ». Il en découle que la protection de l'environnement, patrimoine commun des êtres humains, constitue un objectif de valeur constitutionnelle.

5. Aux termes du onzième alinéa du Préambule de la Constitution de 1946, la Nation « garantit à tous … la protection de la santé ». Il en découle un objectif de valeur constitutionnelle de protection de la santé. «